L’Echo de la Sologne

Journal illustré , édition du 20 juin 1865

On raconte qu’en ces derniers jours de printemps, baignés par un soleil timide, un quidam  venu du pays du soleil levant aurait été aperçu en Sologne, filant comme le vent, sur une drôle de machine. Il hantait du matin jusqu’au soir les chemins creux de Sologne parcourant près de treize lieues (55 km) en répétant à qui voulait l’entendre qu’il allait bientôt aller de Paris à Avignon par le chemin de la diligence à l’aide de son étrange monture.
Il était dit-on accompagné d’un complice mais personne n’a pu l’identifier.
Un émule de Mr Niepce qui se trouvait là par hasard a pu opportunément saisir l’animal sur sa plaque de verre. Nous en avons fait ici une reproduction :

Keizo 20-06-1865
 
A la fin de la journée, harassé et fourbu par ses pérégrinations, il aurait bu une cervoise au relais de poste « Chez Cuvier » laissant là sa monture avant de repartir vers la capitale par le chemin de fer en se promettant bien de revenir prochainement.

Votre correspondant,
Jean DELAROUE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s